Dans nos sociétés bruyantes à l'excès de sons mais aussi d'images, d'infos, de lumières, d'idées, de monde aussi, le silence devient un luxe rare. Et pour le trouver il faut souvent fuir vers quelques territoires isolés, loin de la fureur des grandes cités. Heureusement il reste aux marins des océans de solitude et à nous grimpeurs des montagnes de silence. Quoi de mieux que le silence d'une cordée qui dit l'essentiel en harmonie avec l'environnement, ou la gestuelle remplace les mots ? L'alpinisme est le plus souvent une expression silencieuse, comme l'écriture, la peinture, qui sait peut-être un art en somme...

On peut donc se demander ce qui a pu traverser l’esprit d'un certain Alain Meneghel, adepte du silence, pour durant 4 ans troubler celui du Soreiller*, formidable havre de paix. Le résultat final, est l’ouverture en 2012 d’une voie moderne "Les sources du Silence" de 850 m et qui sort à l'Aiguille du Plat de la selle à 3596 m d’altitude, qui plus est sur un excellent rocher contrairement à sa réputation ! Les voies modernes, de cette ampleur en si haute altitude sont peu nombreuses me semble-t-il. Mis à part peut-être  la Walker du Livet, commit par l'inénarrable Jean-Michel Cambon, ouvreur infatigable de l’Oisans (plus de 1000 m d’escalade mais qui ne sort "qu'à 2138 m" d'altitude au Pic de la Fare). Grimpeur ancien par l'âge, moderne par la pratique et moyen par le niveau, je ne peux que féliciter cette ouverture puisqu'elle pourrait me permettre de goûter une ambiance qui m'était jusqu'alors interdite en escalade à cette altitude. Car la seule autre option possible sans cet équipement moderne reste le coinceur qui lui me reste étranger (et n'aurait pas permis ce tracé). Ceci étant dit, au vu de l'ampleur de la course, de la longueur des difficultés, de la complexité de la descente on s'adresse là à des grimpeurs au pied montagnard, maîtrisant l’art du crapahutage, se nourrissant plus de minéral que de résine. Sur son site, l’auteur s’explique sur ses motivations, ses interrogations et les contradictions nées de ce projet. On peut y découvrir son topo qui constitue un peu plus qu’un topo habituel puisqu’il ne décrit pas que l’itinéraire de la voie mais également celui de l’auteur lors de l’ouverture de la voie. Je vous laisse visiter le site de l'ouvreur ou se trouve les dernières news, les répétitions, des commentaires ainsi que de nombreuses photos..
Le site et le topo les sources du silence: https://lessourcesdusilence.wordpress.com/.
Le retour d'expérience de Niçois ( + 60 ans) http://denali-sud.chez-alice.fr/fichetopo/aig-duplatdelaselle-sourcesdusilence.htm.
Après quelques échanges par mail avec l'auteur, il souhaitait apporter quelques bémols à mes envolées lyriques, ainsi que quelques précisions. J'en profite pour le remercier de sa participation, pour nos échanges et les photos. Sa remarque pertinente, porte sur le silence supposé troublé du Soreiller. En effet, l'ouverture d'une telle voie n'a évidemment pas l'ampleur d'un chantier du bâtiment en terme de décibels et de dérangement. Il précise donc ; Alain Meneghel :"pour durant 4 ans troubler celui du Cirque du Soreiller" : cette phrase me perturbe ! Précision, c'est le vallon à coté du Soreiller … et l' ouverture ne crée guère de gène, le second entend pas le perfo à 30m … la question est plus sur le fait de créer une fréquentation dans un lieu sauvage en fait … je verrai mieux «  pour durant 4 ans tracer équiper une voie moderne … donc appelée à être fréquentée et créer du passage en un lieu jusque lors totalement sauvage, sans voie et avec un sentier rarement parcouru...


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

La Ville de La Mulatière !
Le Ski de Randonnée Nordique !
Le FB du Club !
La Chaine de la Seslm !